La une des lecteursTous les blogsles top listes
Envoyer ce blog à un amiAvertir le modérateur

25/11/2014

Caricature Tsonga & Gasquet

webzine,anarchiste,au trou,satirique,caricature,tsonga,gasquet,coupe davis,tennis,dessin,presse,editorial cartoon,zombi

24/11/2014

Hebdo BD Zébra #8

Zombi : pour lire le dernier webzine de BD auquel je participe, vous pouvez télécharger le PDF ici.

 

webzine,gratuit,anarchiste,au trou,zébra,bd,bande-dessinée,fanzine,zombi,hebdo,wschinski,kritzelkomplex

18:03 Publié dans Fanzine | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : webzine, gratuit, anarchiste, au trou, zébra, bd, bande-dessinée, fanzine, zombi, hebdo, wschinski, kritzelkomplex | | |

23/11/2014

Caricature Serge Dassault

webzine,au trou,anarchiste,fanzine,satirique,caricature,serge dassault,dessin,presse,editorial cartoon,zombi

On sait gré à Serge Dassault, en dépit du trafic d'influence, dont la politique n'a jamais pu se passer depuis des temps immémoriaux, suivant des procédures plus ou moins légales, d'une expression franche des valeurs républicaines, essentiellement antidémocratiques et militaristes. Z.  

Athéisme

Je crois que si je n'ai jamais voté de ma vie, hormis pour l'élection de mes délégués de classe, c'est en raison de l'influence de Molière sur mon esprit. Je l'ai lu et relu presque entièrement pendant mon adolescence, et par conséquent le mouvement démocratique qui conduit le quidam à l'urne et à l'isoloir m'est apparu comme un mouvement de dévotion religieuse excessif et néfaste.

J'ai l'habitude de me définir depuis longtemps comme un anarchiste "tendance Molière". Si l'histoire était d'ailleurs enseignée à l'école, ce qui n'est pas possible en raison de la démocratie, pas plus que ça ne l'était dans le cadre religieux de l'ancien régime, toute la population serait au courant du rôle actif joué par la démocratie dans le despotisme moderne. On est soi-même démagogue quand on condamne la démagogie sans condamner le contexte où elle peut se développer, enfler, et éclater enfin de façon catastrophique. Les élites dites "républicaines" ont une responsabilité très grande dans cette démagogie, pour la simple et bonne raison que les valeurs ou les principes républicains, la philosophie naturelle qui soutient le régime républicain sont essentiellement incompatibles avec le principe d'égalité démocratique, coeur de la mystique démocratique. Comment peut-on, par exemple, affirmer que l'Etat républicain est garant de la liberté d'expression sans passer pour un plaisantin ou un menteur ? Un défenseur honnête des valeurs républicaines ne peut prétendre qu'elles peuvent garantir plus qu'un ordre public relatif, nécessairement inégalitaire. A l'opposé Karl Marx est un démocrate sincère, dans la mesure où il ne peut pas envisager la démocratie sans le démantèlement du système juridique et de l'Etat républicains, et plus encore de la mystique moderne hégélienne, qui constitue un facteur d'inconscience majeure, et sans doute la religion d'Etat la plus creuse.

Si un anarchiste "tendance Molière" peut s'accommoder de vivre en France mieux qu'ailleurs, c'est sans doute parce que la foi des Français dans la démocratie est toute relative. Si nombre d'entre eux pratiquent les rituels démocratiques, peu sont véritablement croyants. L'effort des élites intellectuelles et universitaires pour inculquer la foi dans la modernité n'est qu'un demi-succès. Le scepticisme des Français n'a pas complètement été vaincu. Il en va différemment aux Etats-Unis, où la foi dans la démocratie est beaucoup plus viscérale et contribue à l'état d'hystérie qui règne dans cette nation. Les Français sincèrement démocrates, me semble-t-il, sont surtout attachés à ce régime parce qu'ils le croient favorables aux "libertés individuelles". Ils commettent ainsi la même erreur d'appréciation que Tocqueville, qui a espéré une évolution dans ce sens de la démocratie américaine originelle, tout en mesurant le risque que le mercantilisme et la cupidité, eux aussi "originels", faisaient courir à cette idéal d'émancipation individuelle. Les ravages que font la drogue, le cinéma (propagande religieuse élevée au rang d'art majeur), l'abaissement de la science au niveau de la performance technologique, tous ces signes seraient pris aujourd'hui par Tocqueville lui-même pour la preuve du fiasco de la culture démocratique moderne, en même temps que de son conformisme extrême.

Ne faut-il pas, quand on est un citoyen républicain moderne, persuadé de l'avènement futur d'un régime démocratique égalitaire, une bonne dose de mauvaise foi ou l'absence totale d'autocritique, pour prétendre se situer dans le camp de l'athéisme ou de la neutralité laïque contre, par exemple, la religion musulmane ? Somme toute il faut beaucoup plus de crédulité religieuse pour croire dans l'avènement futur d'un régime égalitaire que dans l'influence sur le monde terrestre d'une puissance cosmique supérieure, ou de ce que Voltaire qualifiait de "grand architecte de l'univers" ? L'impossibilité de la démocratie est beaucoup plus facile à prouver scientifiquement.

Pour citer un exemple moins polémique que la religion mahométane, prenons l'exemple de l'antiquité. Cet âge, qui a connu le scepticisme mais non pas l'athéisme au sens que le concept de laïcité recèle, était-il plus religieux et moins savant que les temps modernes ? Si l'on examine le sentimentalisme de la littérature ou de la culture modernes, et qu'on les compare à la littérature ou la culture antiques, on ne peut que constater que ces dernières en sont beaucoup moins encombrées. Bien que la définition donnée par Nietzsche de la culture antique soit partiellement erronée et amputée des éléments qui contredisent sa doctrine, il n'en demeure pas moins que la "moraline moderne", selon son expression, atteste d'une religiosité débordante en comparaison du vieux principe de la vertu antique. En aucun cas la substitution de l'Etat à un principe divin, en quoi consiste le totalitarisme sur le plan religieux, n'est la marque d'un progrès scientifique.

Un dernier argument à charge contre la culture dite "moderne", bien plus attachée à la démonstration rhétorique du progrès qu'elle ne fournit la preuve d'un tel progrès, historique ou scientifique : la société de consommation. Cette dernière se nourrit du sentimentalisme des citoyens-consommateurs, c'est-à-dire de la première chose qui sera reprochée par un athée à un croyant qu'il souhaite confondre, mettant ainsi en lumière que son désir (de sécurité ou autre) lui fait prendre pour la réalité ce qui n'est qu'un voeu pieu. Qui peut prétendre que ce sentimentalisme, sur lequel le fétichisme du consommateur repose et sur lequel le pouvoir des publicitaires se fonde, étendu à la vie publique comme à la vie privée, est excité par des lobbys religieux et un clergé au sens traditionnel du terme ?

Bardamor

14:07 Publié dans L'Odeur du Danemark | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : webzine, anarchiste, au trou, fanzine, athéisme | | |

21/11/2014

Du Totalitarisme

On reconnaît un régime totalitaire à l'effort de ses élites pour priver le peuple d'humour en le remplaçant par le rire gras - De Funès à la place de Molière.

Une démocratie, c'est-à-dire un peuple souverain sans bouffon, est le plus cocu des monarques.

Bardamor

10:32 Publié dans L'Odeur du Danemark | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : webzine, anarchiste, au trou, fanzine, totalitarisme, humour | | |

Caricature Juppé, Sarko, Hollande

webzine,au trou,anarchiste,satirique,caricature,alain juppé,nicolas sarkozy,françois hollande,segolene royal,gay,psg,dessin,presse,editorial cartoon,zombi

19/11/2014

L'imposture laïque

"L'Etat s'est mis à la place de Dieu, et c'est pourquoi, dans cette optique, les dictatures socialistes sont des religions au sein desquelles l'esclavage d'Etat est un genre de culte divin." Carl Jung

Sur le point de la substitution de l'Etat à Dieu, la démonstration de Carl Jung ne diffère guère de celle de Karl Marx. Le mérite de Jung n'est d'ailleurs pas si grand, tant la dimension religieuse de l'Etat moderne est flagrante. Marx permet mieux de comprendre en quoi l'idéologie religieuse qui a prévalu auparavant, dont le XVIIe siècle est exemplaire, a servi de matrice au culte de l'Etat moderne totalitaire et à la mythomanie bourgeoise des "valeurs républicaines". La révolution française ne marque en rien un recul de la religion sur le plan politique et moral, et cela la critique marxiste l'indique aussi.

Pourquoi dans ce cas l'Etat moderne soviétique, dont la dimension de dictature religieuse est évidente, et qui semble avoir une visée marxiste ? Tout simplement parce que le clergé communiste s'est employé à remplacer Marx par Hegel. Les exemples abondent en France de cette ruse cléricale, de Sartre à Badiou en passant par Althusser. La dimension critique du marxisme est liée à son caractère anarchiste et largement antisocial. En cela Karl Marx est proche du judaïsme et de Moïse, s'exposant à la censure des nations modernes ploutocratiques et de leurs élites, dont la survie n'est possible qu'à condition de réduire l'individualisme à néant, au prix d'une barbarie extraordinaire et de génocides d'une ampleur inédite dans l'histoire.

Le discours sur les valeurs laïques, imposture scientifique grossière*, est un discours de propagande religieuse dont le but principal est de dissimuler ce que Carl Jung dénonce plus haut, à savoir la dimension cultuelle de l'Etat socialiste moderne.

*Il est ainsi très difficile d'établir un lien entre le principe laïc et la philosophie des Lumières, dont les représentants les plus éminents, non seulement n'étaient pas athées pour la plupart, mais surtout auraient tourné en ridicule la prétention d'institutions politiques et morales à la neutralité religieuse.

Télémax

10:01 Publié dans L'Odeur du Danemark | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : webzine, anarchiste, au trou, carl jung, karl marx | | |

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu