Avertir le modérateur

28/03/2011

AIMEZ LE JAPON OU QUITTEZ-LE !

par Bardamor

 

On a beau, anarchiste, voir la civilisation comme un fantasme sado-maso, une superstition inculquée par les intellectuels au peuple afin de mieux le méduser, malgré ça il faut avouer que le suicide du Japon est un spectacle qui ne manque pas de panache.

Et si toutes les nations, suivant l'exemple japonais, se sabordaient à leur tour les unes après les autres ? On aurait peut-être enfin la paix...


Il se trouve sans doute en France quelques officiers de marine efféminés pour compatir sincèrement aux malheurs du Japon, contrairement aux hypocrites messages de condoléances des diplomates, pendant qu'on évacue les ressortissants français, journalistes en tête.

Encore faut-il comprendre que la sincérité qui vient des tripes du matelot est très proche de la politesse japonaise, ou du fameux principe de l'enfoiré qui donne... au cas où il se retrouverait à son tour dans la merde.

- Sur le caractère de « hara-kiri », d'abord, de la catastrophe japonaise : il faut comprendre que la course à l'armement technologique revient à la captation des puissances ou énergies naturelles. Le « génie civil » consiste à imiter ou reproduire les mouvements mécaniques ou chimiques.

Or, le suicide ou l'« autosacrifice », nécessairement un geste rituel, consiste à retourner contre soi le moyen même, ou bien la puissance, qu'on a toujours poursuivie comme un mirage. Il n'est pas rare que le moyen même mis en œuvre par l'officiant pour s'immoler sur le bûcher des vanités indique à quelle divinité il est soumis ; ainsi le trésorier ou le rhéteur sera-t-il tenté par la corde, symbolique du lien social essentiel que constituent les mots ou l'argent.

Il y a bien un aspect cinématographique ou « d'arroseur-arrosé » dans ces explosions nucléaires au pays du Soleil Levant où le culte de la lumière (solaire) vient de se retourner contre ses adeptes.

- Rappelons ensuite l'hostilité française ancestrale au Japon et à ses traditions, à l'exception de quelques sadomasochistes, lubrifiés rien qu'à l'idée du rasoir ou de la corde.

Selon une tradition française assez solidement établie, le « sens de l'honneur » n'est pas le propre des héros, comme au Japon, mais celui des cocus d'abord. On voit que l'adage français n'est pas loin de se réaliser puisque, comme « cocus de la modernité », on pourra peut-être bientôt décerner au Japon une médaille à titre posthume.

Le caricaturiste Cabu, d'un reportage au Japon, tire l'enseignement touristique suivant : « Le Japon, c'est pas la peine d'y aller, c'est comme l'île Seguin en plus gros. »

Pire encore et qui pourrait valoir à Cabu des poursuites judiciaires si Cabu s'appelait Eric Zemmour et émargeait au parti concurrent : « Le Japon, c'est comme la banlieue de Los Angeles. Mais dans la banlieue de Los Angeles, il y a un quartier japonais, tandis qu'au Japon, il n'y a QUE des quartiers japonais. »


09:40 Publié dans Bardamor edito | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : japon, fantasme, sado-maso, hara-kiri, suicide, kamikaze, anarchiste | | |

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu