Avertir le modérateur

17/05/2011

L'Homme qui portait à gauche

Les Français n'avaient pas tant ri des déboires de la gauche depuis la déculottée du pasteur Jospin. Le cas du dévôt excessivement libidineux est aussi un grand classique de la littérature française depuis le Tartuffe de Molière (L'occasion de rappeler que la bonne littérature, contrairement à la religion, n'est jamais du côté des intellectuels, qui ont tout intérêt à la philosophie allemande, après les sommes théologiques médiévales plus ou moins absconses.)

Si les édiles socialistes sont plus cocasses encore que leurs confrères libéraux de droite lorqu'ils dérapent et se retrouvent les quatre fers en l'air, c'est bien sûr parce qu'ils représentent l'aile (ou la cuisse) religieuse ; ils ont en charge de faire respecter la morale républicaine, qui n'est pas moins indexée sur la propriété que toutes les précédentes valeurs morales. Là encore un auteur populiste, La Fontaine, a dit toute la vérité sur cette éthique dans une fable célèbre : "Le Loup et l'Agneau". Il n'y a pas de système moral stable sans système de corruption sous-jacent plus ou moins subtil. (...)

dsk.jpg

 


L'éthique craque précisément quand chacun croit qu'il peut l'invoquer à son profit, y compris une femme de chambre, et non seulement un puissant ministre du culte libéral comme Dominique Strauss-Kahn. Pourquoi ? Parce que l'éthique n'est pas faite pour ça.

La morale est l'instrument du rapport de forces, physiques ou psychologiques. Molière, La Fontaine, l'ont dit ; Marx l'a répété : "Les Droits de l'Homme se limitent aux droits de l'Homme égoïste." Marx, parfaitement conscient du caractère utopique de l'égalité, espérance naïve véhiculée par le langage mathématique, le plus religieux qui soit, faisant office d'instrument de sidération des masses.

Tel qu'il n'y a pas d'incitation plus puissante à l'irresponsabilité que le discours moral ou le discours politique, préparatif à l'émeute ou à la révolution sanglante. Dès lors que des désirs contenus sont approchés trop près d'une flamme, ils explosent.

C'est cette tare de la morale ou de la politique qui rend la réforme ou la contre-culture parfaitement illusoire. Suivant le regard lucide de Pierre Boulle, la technocratie tend la planète des singes.

Ils ne faut pas chercher plus loin pourquoi les rares religions qui prônent l'altruisme ou l'amour dénoncent la morale, désertent ce terrain. Elle n'est qu'un système d'exploitation ou de production, par lequel le consommateur se brûle et dévore son prochain ; un cannibalisme... au sens propre du terme.

Bardamor

16:15 Publié dans Bardamor edito | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : dsk dominique strauss-kahn | | |

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu