Avertir le modérateur

21/10/2011

Résistance bretonne

Saluons l'effort de notre confrère Fanch pour se soustraire au mercantilisme artistique, encouragé par la loi Hadopi et le ministère du Culte.

commandez.jpg

Fanch offre en effet aux esprits désargentés, mais néanmoins curieux, de lire à l'oeil son dernier bouquin. Ce qui fera automatiquement des acquéreurs de ce pavé (272 p.), non pas des clients mais des mécènes (à ne pas confondre avec Pinault & Arnault, banals investisseurs, soucieux de leur image de marque et de retombées sonnantes et trébuchantes). (...)


- Rappelons la réalité économique d'un milieu éditorial qui, hormis quelques écrivains putassiers, engrange surtout des bénéfices pour le compte des éditeurs et producteurs de "biens culturels". Peu d'écrivains véritables se montrent d'ailleurs dupes du bluff de la "propriété intellectuelle" et de la protection qu'elle est censée offrir aux "créateurs". Les démêlés entre écrivains et éditeurs ne datent pas de l'initiative de Marc-Edouard Nabe de s'auto-éditer, pour parer au rackett des éditeurs, pratique assez courante en bande-dessinée, dès lors qu'un auteur dispose d'un peu de notoriété (c'est-à-dire d'un contre-pouvoir). Diderot, déjà, fut floué par un éditeur, disposé à l'encourager dans son ouvrage encyclopédique... tant que le jeu en valait la chandelle.

- Pour faire pièce au canular de "l'esprit d'initiative et de concurrence" libéral, relevons que le foisonnement intellectuel et la variété d'idées soumis à l'appréciation du public français au XIXe a pour principale explication l'organisation bien moins monopolistique et policière des milieux culturels d'alors.

L'emprisonnement du caricaturiste Daumier avait pour effet de renforcer son crédit, but que l'autocensure n'atteint pas. En somme c'est à la communion parfaite du clientélisme politique et du clientélisme ordinaire à quoi la culture républicaine a conduit. Quasi une opération de purification ethnique de la pensée, quand on sait l'épaisseur du fonds anarchiste français, de Rabelais à Céline en passant par Molière, Alphonse Allais, Daumier, Jossot, etc. Tout est Proust désormais, c'est-à-dire parfum pour rentières.

- Tous les "royalties" devraient en bonne logique être reversés à Rome, d'ailleurs, parmi les plus vieilles publicitaires (par l'intermédiaire de Virgile) de l'idée de "culture", à savoir d'arts libéraux entièrement dévoués aux nécessités politiques et sociales du temps. Bien que les poètes de l'empire romain soient les derniers à ignorer que la nature, seule, est vraiment "originale" ; elle seule délivre tous les titres de propriété, aussi bien qu'elle les retire quand elle veut. La poésie libérale porte des cornes de cocu.

 Bardamor

12:29 Publié dans Fauchon la Culture ! | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : fanch ar ruz, munin, ils se servent comme des porcs, hadopi | | |

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu