Avertir le modérateur

15/05/2012

Socialisme = populisme

Pourquoi les sociologues prennent des airs gênés sur les plateaux de télé quand il s'agit de définir le "populisme" ? Et délivrent par conséquent le mensonge sous le vocable de l'information du public ? Non seulement parce que la télévision ou le cinéma sont les arts les plus populistes (et non "populaires"), mais aussi parce que le populisme est synonyme de l'idéologie dominante aujourd'hui : "le socialisme". (...)


Ainsi un anarchiste ne devrait pas dire : un "sociologue", mais un "populiste", c'est-à-dire un professionnel de cette matière disciplinaire qui consiste à diriger le peuple en lui faisant croire que c'est pour son bien.

On peut dire que le peuple est relativement peu dupe d'une telle astuce : son labeur actuel et la douleur qui en résulte l'emportent largement sur les autres croyances, notamment la croyance dans l'art abstrait qui recèle la ruse populiste. En effet, l'astuce essentielle consiste à faire croire au peuple qu'il existe une vérité sociale. Cela permet au passage de comprendre que l'art abstrait n'est pas neuf, il ne date pas de Picasso, mais il est au contraire un vieux principe usé jusqu'à la corde.

Le monde des forçats de la terre n'étant pas vraiment dupe, l'axe du populisme, unissant le peuple aux élites dirigeantes, est surtout constitué d'éléments du peuple, parvenus à un rang social supérieur. Ce sont les plus crédules à l'égard du socialisme ou de l'élitisme.

La vraie question que se posent les élites n'est pas : "Qu'est-ce que le populisme ?" Mais : "A partir de quand le populisme devient-il violent, et le peuple risque-t-il de se retourne contre ses cornacs ?" Cela n'arrive jamais qu'en dernière extrémité. Le peuple n'assassine l'élite des banquiers et fonctionnaires parasites que, -comme le chien dévore parfois son maître-, quand celui-ci ne peut plus nourrir celui-là. Si le peuple n'était pas éduqué comme un chien par son élite, il ne la mordrait pas. Le peuple ne fait ainsi rien de pire à l'élite que ce qu'elle lui a fait ; il le fait simplement "à sa manière". Quand l'élite utilise la ruse sociologique et l'art abstrait, qui procure les sensations de l'opium, le peuple n'y va pas par quatre chemins.

La logique veut que les prophètes occidentaux du progrès fustigent d'abord les élites, qui empêchent le progrès, et non le peuple, que les élites chevauchent en ayant l'imbécillité de se croire "élues du peuple".

Le poisson pourrit toujours par la tête. Il faut être le membre d'un clergé bien cynique pour nier que, dans l'ordre politique pyramidal, toute la responsabilité vient d'en haut. Il faut être un chien pour se servir de la souveraineté populaire afin de disculper l'élite, quand cette souveraineté populaire n'est qu'une astuce pour gouverner le peuple suivant les voeux de l'élite.

Lapinos



17:37 Publié dans L'Odeur du Danemark | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : fanzine, anarchiste, satirique, au trou, socialisme, populisme, sociologie, télévision | | |

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu