Avertir le modérateur

02/11/2012

Rouillan, le forçat

Mise au point de Jean-Marc Rouillan (recopiée sur le blog Scalp-reflex)

"Hasard malheureux de la toile et projet de créer de la confusion (là où il n'y en a aucune), mon interview donné à deux intervenants de Diktacratie.Com a été reproduit le 23 août sur le site d'Alain Soral. Le projet de ce sinistre individu est bien connu. Il est ancien et remonte aux années de la peste brune. Il est tout simplement réactionnaire. En fait, il tente de démontrer qu'il existe une extrême droite qui serait antisystème, anti-impérialiste et anticolonialiste. Et mieux, qu'elle serait la seule voie praticable de nos jours. Pour cela, il a besoin de construire des ponts imaginaires avec des militants radicalement antisystème, anti-impérialiste et anticolonialiste comme je l'ai été en tant que combattant d'Action Directe et comme je le suis car non-repenti. Aujourd'hui cet ignoble ver de terre ose utiliser mon nom et mes mots qu'il sache toute fois qu'aucun lien n'est possible que le seul affrontement à mort entre réaction et révolution, extrême droite et extrême gauche, fascisme et antifascisme, domination blanche et internationalisme. Aucune discussion n'est possible avec la racaille réactionnaire. Qu'ils crèvent !"

Le principal reproche à faire à Alain Soral ou au FN est de vanter les "valeurs républicaines" du passé. Celles-ci n'ont jamais eu la pureté que ces nostalgiques lui prêtent.(...)


La République moderne est un des régimes les plus meurtriers et esclavagistes de tous les temps -esclavagisme ouvrier et esclavagisme colonial. Mathématiquement, et puisque la démocratie se situe à ce niveau entièrement spéculatif ou religieux, le FN s'avère une force d'appui électorale indispensable pour la gauche libérale.

- Qu'elle soit le fait d'Anders Breivik ou de Jean-Marc Rouillan, la violence sadique de l'anarchiste ou de l'homme du peuple est toujours le résultat de l'élitisme ; et le régime républicain est essentiellement de nature élitiste ; il ne fait que poser le principe de la souveraineté populaire, comme l'ancien régime posait celui du droit divin, afin d'en retirer une légitimité plus grande, d'ordre mystique. L'élite entretient la violence du peuple, parce qu'il ne peut s'en passer pour satisfaire les besoins économique ou militaire. La violence du peuple ou de groupuscules dits "anarchistes" se retourne contre les élites et ne transgresse les limites qui lui sont assignées (le champ de bataille, le corps à corps de l'ouvrier avec la machine, les stades de foot, les jeux du cirque, etc.), quand ces élites s'avèrent défaillantes sur le point de l'organisation sociale. Leur incompétence coïncide avec leur arrêt de mort, à l'aide d'instruments qu'elles ont elles-mêmes aiguisés. Très largement l'usage de la psychiatrie moderne consiste à blanchir les élites et attribuer la folie et la violence à des causes indéfinies. Si Anders Breivik ou Jean-Marc Rouillan ne sont pas des malades mentaux, alors les élites doivent endosser la responsabilité d'actes qui, quoi que Breivik ou Rouillan ne veulent pas l'admettre, sont des actes désespérés avant d'être des actes de courage - et des actes très similaires à ceux perpétrés par les soldats d'une armée régulière ; en effet, le suicide permettrait à ce type de personne d'obtenir plus efficacement et plus rapidement la "libération" qu'ils souhaitent. A cet égard, il faut réserver le plus grand mépris aux magistrats qui, lors de procès, adressent aux prévenus des leçons de morale, au lieu de constater l'échec de leur propre système de valeurs à empêcher la loi de la jungle de prévaloir. Ces magistrats ne sont que des singes.

- Bien sûr les actes de violence ou les appels à la violence ne sont pas "d'extrême-droite" ou "d'extrême-gauche" : ils sont un signe d'aliénation. Non sans ironie, on peut observer que lorsqu'une même haine ou violence émane d'un homme appartenant à l'élite et non au peuple, au lieu de le condamner à l'incarcération, les élites culturelles lui prêteront le "génie artistique" ; ainsi du marquis de Sade, Nietzsche et sa philosophie de caserne, Althusser, etc. La référence de Breivik à la civilisation, de Ben Laden à Allah, ou de Rouillan à l'extrême-gauche, sont toutes des justifications juridiques destinées à masquer à leurs auteurs que leurs actes sont des actes désespérés. Si Shakespeare n'est pas "du côté du peuple", pas plus qu'il ne se range derrière l'élitisme, c'est parce qu'il n'ignore pas que le "peuple" n'est qu'un calcul de l'élite. Si Marx n'est pas "d'extrême-gauche", c'est parce qu'il méprise le droit républicain, que la science historique ramène à un simple garde-fou.

Bardamor


13:36 Publié dans L'Odeur du Danemark | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : fanzine, anarchiste, au trou, webzine, jean-marc rouillan, alain soral | | |

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu