Avertir le modérateur

17/12/2013

Le Pen et la France

Marine Le Pen oppose à l'islam une conception républicaine de la France, assez peu représentative de "la France" en général, notion confuse et contradictoire dès lors qu'on adopte le point de vue de l'histoire, plutôt que celui du culte républicain.

Les valeurs républicaines sont effet des valeurs mystiques, et Charles Péguy a assez bien décrit la métamorphose du culte catholique en culte nationaliste républicain. Les observations de Karl Marx conduisent à voir dans les bouleversements économiques la principale cause du changement d'habits sacerdotaux. Elles permettent de discerner aussi que cette métamorphose à été préparée par le clergé catholique romain. On pourrait dire que la République française est un régime théocratique qui refuse d'admettre cette dimension théocratique, refus ou déni dont il hérite directement du catholicisme.

Sans développer ce point, disons que le culte catholique est attaché à un régime de droit paysan révolu en Occident. De même il est impossible de scinder les valeurs républicaines du stade de développement industriel. Le culte républicain est avant tout frappé de caducité par la désindustrialisation. On peut en accuser comme Marine Le Pen le processus de modernisation européen, mais ce processus lui-même est d'abord une conséquence de la désindustrialisation, et non comme ses acteurs prétendent stupidement ou hypocritement une démarche d'entente pacifique entre la France et l'Allemagne. (...)

 

Pour les plus jeunes générations, les "valeurs républicaines" sont celles des vieux cons, à moins qu'ils ne soient sensibles, ce qui est le cas d'une partie de l'électorat du FN, à un discours nostalgique d'une France prospère qui n'a jamais existé. Là encore, on ne peut pas dissocier, du point du vue historique, le plein emploi et la prospérité des "trente glorieuses" de la guerre civile qui a déchiré l'Europe auparavant et les massacres atroces subis à cette occasion. Le génie français ou européen postérieur à la guerre prend largement sa source dans les charniers de soldats et de civils.

Sans doute est-ce un mauvais signe que la nostalgie, non pas parmi les vieillards, mais carrément parmi les jeunes gens. Un signe de leur oppression, que le FN se montre habile à exploiter, mais qu'il n'a pas lui-même engendrée.

Marine Le Pen n'a d'ailleurs pas le monopole du discours réactionnaire républicain débile. On peut mentionner, à l'extrême-gauche, les éditoriaux de Stéphane Charbonnier, alias Charb, rédacteur en chef de l'hebdo satirique "Charlie-Hebdo", comme un point culminant de la stupidité républicaine de gauche, plus conforme aux préjugés véhiculés par l'Education nationale que les propos de M. Le Pen, mais non moins mensongers. On peut dire que chaque parti républicain (quoique le FN soit accusé de ne pas l'être, il est entièrement et exclusivement une créature des institutions républicaines) développe un type de mensonge particulier. La gauche républicaine fait ainsi barrage, bien plus efficacement que le FN ou la droite institutionnelle, à la critique marxiste radicale des prétendues "valeurs républicaines". La censure du marxisme est essentiellement le fait de la gauche républicaine en France, de même que la plupart des fausses doctrines chrétiennes auparavant furent l'oeuvre du clergé catholique ou protestant.

Deux occultations sont typiques de l'extrême gauche républicaine : la première consiste à dissimuler que l'armée et la conquête coloniale sont parmi les principaux piliers de la République et de ses valeurs, non seulement le personnel de l'Education nationale. Le pacifisme s'accorde-t-il avec les valeurs républicaines ? C'est tout à fait improbable. Un mahométan est aussi fondé à croire le pacifisme républicain une pure théorie, qu'un sectateur des valeurs républicaines estimant que Allah n'est qu'une illusion.

Un mensonge commun au FN et à "Charlie-Hebdo", c'est celui qui consiste à opposer les valeurs républicaines au capitalisme, son esprit de compétition et le processus d'autodestruction dans lequel les philosophes libéraux ont de plus en plus de mal à dissimuler qu'il est engagé. Les "valeurs républicaines" sont les moins susceptibles de faire barrage aux entreprises irresponsables d'une oligarchie capitaliste, pour la simple et bonne raison que ces valeurs découlent du régime capitaliste, en particulier celles qui ont la consistance la plus spéculative, à savoir la propriété et l'égalité. Leur caractère paradoxal incite K. Marx à les prendre pour fondement de l'hypocrisie bourgeoise moderne.

Les raisons sont donc infimes qui peuvent pousser un mahométan à adhérer à la "culture républicaine contemporaine", et non à la "France", comme dit Marine Le Pen. A vrai dire un jeune Français de souche n'a pas beaucoup de raisons de respecter les valeurs dont Marine Le Pen, Charb, et d'autres prêcheurs, disent qu'elles sont respectables, mais sont très loin de le prouver, puisque leurs discours relèvent essentiellement de la mythomanie républicaine. Il consiste plus ou moins dans le blanchiment d'institutions qui sont bel et bien impliquées dans les pires catastrophes et massacres que la France a subis au cours des deux siècles écoulés.

Pour revenir à mon préambule, rappelons que la France existe avant, en dépit et contre la République est ses valeurs. Le fait est particulièrement net dans le domaine de l'art, de la littérature ou de la science, où le nombre des chauds partisans de la République française a tendance à chuter drastiquement, en comparaison de la ferveur de l'hémicycle, de Marine Le Pen ou de "Charlie Hebdo". Il y a même eu des publications satiriques, au moins aussi comiques que celle de M. Charbonnier, entièrement dédiées à la moquerie de ces valeurs, et soulignant malicieusement qu'elles se cristallisent toutes autour de la propriété.

Compte tenu de cette règle "non-dite", et sans doute d'autant plus inflexible qu'elle n'est guère exprimée, cela fait de la République de Chine et des divers créanciers de la France, qui lui autorisent son découvert abyssal, les principaux actionnaires des valeurs républicaines de la France, ainsi que les détenteurs d'une partie de sa souveraineté. Sauf le mystique fanatique ou le soldat chargé de la garder, qui osera dire que les frontières d'un pays ne sont pas largement une question de conservation de la propriété ?

C'est donc de la part des partisans de Marine Le Pen ou de l'extrême gauche républicaine, relativement peu propriétaires des biens de la France, d'une extrême courtoisie la démarche qui consiste à vanter les mérites de la République gratuitement. Mais en aucun cas on ne peut présenter la raison ou l'histoire comme les fondements de ce réflexe induit. Il n'est pas interdit d'être un peu plus pragmatique quand on est Français, et de renoncer à des rêves qui sentent la naphtaline. Après tout, quand le besoin se fait sentir de l'enlèvement des déchets ou des détritus, on est moins gêné par l'orientation confessionnelle de l'éboueur qui s'en charge, et peu de citoyens républicains seront assez fanatiques pour préférer garder leurs ordures chez eux, plutôt qu'elles soient débarrassées par une femme qui refuse la mode féministe.

Les féministes engendrant moins que les mahométanes, on ne peut pas entièrement exclure l'hypothèse d'une désuétude progressive des valeurs qui font aujourd'hui le Français fort et sûr de son bon droit républicain, et que le fruit de son travail dort en sécurité dans les coffres des banques, dirigées par la crème de l'élite française.

Télémax

15:42 Publié dans Ecran Total | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : le pen, france, islam, république, valeurs républicaines, catholique, mystique | | |

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu