Avertir le modérateur

14/10/2014

Caricature Eric Zemmour

webzine,anarchiste,au trou,caricature,eric zemmour,suicide français,patrick modiano,satirique,dessin,presse,editorial cartoon

La tartufferie du discours égalitariste est tellement palpable aujourd'hui, qu'il ne faut pas s'étonner du succès d'essayistes et d'ouvrages qui renouent avec un certain franc-parler. Notons au passage que l'égalité fut un principe remis en cause par la plupart des grands critiques du XIXe siècle (F. Nietzsche, Karl Marx et Balzac), conscients que le socle des convictions démocratiques libérales est de nature religieuse.

A. de Tocqueville est un cas assez isolé à miser sur la démocratie et espérer une évolution favorable. Cela dit on remarque que Tocqueville est relativement circonspect et avait envisagé l'hypothèse du nivellement culturel qui s'est produit, qui constitue une caractéristique de l'état totalitaire où nous sommes rendus, la propagande dans tous les domaines s'étant peu à peu, au cours du XXe siècle, substituée à l'esprit critique. 

Pour autant le propos d'Eric Zemmour reste superficiel. Il prétend faire oeuvre d'historien, mais quel historien sérieux peut accorder autant d'importance à un mouvement aussi limité que le mouvement de "Mai 68", tant sur le plan critique que politique ou moral ? On a sans doute tort de croire ou faire croire que l'époque est "hédoniste" et individualiste. C'est tout le contraire qui est vrai : c'est le puritanisme qui fait le jeu de l'économie capitalisme et/ou les moeurs masochistes que l'économie capitaliste engendre. Sur ce point Zemmour fait un contresens psychologique. Un état de frustration général est le plus favorable à la propagande capitaliste.

Autre inconséquence de Zemmour, la nostalgie du XVIIe siècle, opposée à l'idéologie moderne. Même si la modernité est une idéologie essentiellement médiévale, comme on le comprend assez bien en lisant Tocqueville, plus récemment dans l'histoire c'est le XVIIe siècle qui apparaît comme le "grand frère" des temps modernes technocratiques. Bien plus que de l'esprit des Lumières, ou de l'humanisme de la Renaissance, c'est du Grand Siècle que les Temps modernes héritent le plus visiblement. Tous les phénomènes à l'oeuvre dans les régimes totalitaires contemporains sont observables dans la culture du XVIIe siècle. Citons en particulier un phénomène culturel, dont Hannah Arendt fait à juste titre une caractéristique du totalitarisme, c'est la confusion des plans scientifique et politique, c'est-à-dire une inféodation de la science et des savants aux institutions politiques. Alors que les humanistes de la Renaissance avaient beaucoup mieux conscience de la nécessité de l'émancipation de la science des nécessités politiques et religieuses/éthiques, le XVIIe siècle a vu l'essor du rationalisme technocratique et de son arrière-plan religieux ou anthropologique.

Doctrinaire conservateur antimoderne beaucoup plus radical, F. Nietzsche voit plus logiquement dans la Renaissance un contrepoint à la culture nihiliste ou abstraite moderne. La thèse de Zemmour est elle-même excessivement rhétorique, c'est-à-dire très idéologique. Nietzsche a également le mérite, comparativement à Zemmour, en s'exprimant "au nom de Satan", de convoquer au débat la théologie et le christianisme, dont la compréhension est sans doute indispensable pour comprendre le caractère convulsionnaire et explosif de la culture occidentale moderne.


Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu