Avertir le modérateur

26/01/2015

Désinformation en continu

La victoire d'Alexis Tsipras et de son parti Syriza aux élections législatives grecques est l'occasion pour les médias français de seriner en boucle l'antienne débile du retour aux valeurs grecques démocratiques.

Les principes politiques démocratiques de Platon sont rationnels ; s'ils comportent une part de philosophie naturelle mystique, ces principes sont fort éloignés du mysticisme démocratique moderne. En premier lieu parce que Platon juge la démocratie adaptée à une République athénienne, qui comptait environ deux cent mille âmes, et n'était pas confrontée à l'épineux problème économique de la mondialisation. Rien à voir par conséquent avec la démocratie en Amérique, constitution moderne dont Tocqueville était conscient qu'elle pouvait aussi bien s'avérer favorable au totalitarisme.

Autrement dit la démocratie de Platon est qualitative et non quantitative ; elle est construite à partir d'une réalité politique et économique ; elle n'a rien à voir avec ce rêve d'avenir porteur d'espoir pour les masses qu'est la religion démocratique moderne, artifice mathématique ultime. La Grèce antique vivait largement au présent, et non emprisonnée dans la perspective de l'avenir. C'était là d'ailleurs, affirment certains moralistes éminents, le secret de son bonheur. (...)


De surcroît la démocratie selon Platon est aristocratique : elle exclut le principe égalitaire, et fait plus que tolérer l'esclavage - elle le justifie (comme Montesquieu, au demeurant) ; elle l'exclut non pas par manque d'imagination, mais pour des raisons écologiques. Comment le droit, produit dérivé de la nature, pourrait permettre d'aménager l'égalité, quand la nature est exempte de tout état analogue ? Le progrès technique est entièrement le fruit d'une imitation plus ou moins hasardeuse de phénomènes naturels. Comment le droit, lui aussi technique, pourrait-il émanciper l'homme de son conditionnement naturel ? Seule la mort, dans le registre naturel, le permet.

Pourquoi la démocratie moderne, enfin, n'a-t-elle rien de grec ou de platonicien ? Il n'est pas difficile de deviner que la mystique démocratique moderne est intiment liée à la culture occidentale moderne. Ce mysticisme n'est que la transposition dans l'ordre politique d'une représentation abstraite du paradis, issue de la philosophie chrétienne. En transportant l'idéal du bonheur dans l'au-delà, elle a sur les principes éthiques et politiques des conséquences funestes.

Comme cette philosophie médiévale chrétienne est plus platonicienne qu'elle n'est véritablement chrétienne (ainsi que le souligne justement Nietzsche, le christianisme est entièrement dépourvu de solution morale ou politique), on peut affirmer que l'idéologie démocratique moderne, et même le communisme (plus platonicien que marxiste), est essentiellement une idéologie catholique (cela explique la séduction de l'idéal démocratique sur un aristocrate catholique tel que Tocqueville). L'éthique démocratique moderne consiste dans l'aménagement par la bourgeoisie, pour le monde ouvrier, de la morale catholique adaptée autrefois au monde paysan. Lénine lui-même avait pris conscience de cette métamorphose et de l'échec de la révolution soviétique.

Le suffrage universel, élément mystique lui aussi étranger aux principes politiques de Platon, s'avère, pour peu qu'on daigne se pencher sur un livre d'histoire, l'instrument favori des dictateurs pour parvenir au pouvoir, des plébiscites truqués de Napoléon Ier à A. Hitler, en passant par Napoléon III, dont l'avènement illustre selon Marx la FIN de la lutte des classes en Europe. "Les Droits de l'homme" se limitent aux droits de l'homme égoïste, déclare Marx, conscient des fondements iniques de la mondialisation, et de son arrière-plan impérialiste ou colonialiste.

Bien plus que le signe d'une victoire de la démocratie et du peuple, la victoire de Syriza est la conséquence d'une convulsion du régime de droit capitaliste. Tout ce qu'on peut espérer de leaders populistes, c'est qu'ils fassent preuve d'un plus grand sang-froid que les banquiers dont ils veulent abolir la tutelle. Mais l'illusion démocratique qui les porte est sans doute la moins propice au sang-froid.

Télémax

12:47 Publié dans Fauchon la Culture ! | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : webzine, anarchiste, au trou, démocratie, athènienne, platon, théocratie | | |

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu