Avertir le modérateur

16/02/2015

L'intégrisme laïc (4)

Partons du cas de Riss, nouveau directeur de la rédaction de "Charlie-Hebdo", interwievé récemment par le magazine "Les Inrocks", pour étudier l'intégrisme laïc.

On peut lire au cours de cette interview que ce journaliste accorde au droit français, à travers ses différents textes et codes de loi, une valeur supérieure, faisant plus ou moins office de limite à l'esprit critique. Dans cette limitation, un anarchiste sera porté à voir une forme de totalitarisme, très éloignée des déclarations en faveur de la liberté d'expression.

Il n'est bien sûr pas très difficile de démontrer qu'on est là en présence d'un discours dont le fond est religieux ou sacré. Bien qu'elle s'efforce de paraître fondée sur des fondements plus rationnels, la laïcité n'est pas une idée rationnelle. L'aspect du changement de société progressiste, auquel certains tenants de la laïcité sont attachés, est sans aucun doute le mouvement le plus religieux, relevant presque entièrement de la justification de la société bourgeoise et du négationnisme des désastres provoqués par cette culture.

Si l'on s'en tient au seul volet pragmatique du discours laïc, à savoir la promesse d'une société plus harmonieuse et moins sujette aux conflits religieux, il n'y a dans cette conception apparemment moins mystique de la laïcité qu'une pure pétition de principe. Les grands conflits mondiaux du XXe siècle, et leurs victimes par centaines de millions, sont le résultat d'un conflit entre nations largement laïcisées - d'un conflit où les deux grandes nations officiellement "théocratiques" que sont les Etats-Unis et le Royaume-Uni, opèrent dans le "camp du bien" selon la version éthique de l'histoire en vigueur... dans la plupart des écoles laïques françaises.

(...)

LE DISCOURS LAÏC EST ENTIEREMENT DEPOURVU DE FONDEMENT RATIONNEL. Si on peut définir la laïcité de Riss comme un intégrisme, c'est pour la raison qu'elle est la plus absurde ou la plus pure. Ce journaliste et son hebdo n'ont, en effet, sur la formation et l'évolution du droit français, qu'une influence pour ainsi dire ridicule comparée à celle des grandes banques et de l'industrie, dont l'emprise sur le droit français est manifeste. Riss est intégriste, car là où entrent largement en jeu des rapports de force économiques, à l'échelle mondiale, il projette son fantasme du progrès social.

Un anarchiste ou un marxiste qui dira : la France n'est pas un Etat de droit, mais une ploutocratie déguisée en Etat de droit démocratique, pourra ainsi mieux fonder sa démonstration historiquement et scientifiquement que n'importe quel théoricien de la culture laïque. D'une manière générale, on peut définir la laïcité comme un obstacle à l'esprit critique ou scientifique.

Un phénomène, d'ordre philosophique ou scientifique, est assez significatif pour être relevé : la laïcité n'a pas de fondement antérieur au XXe siècle. On peut même restreindre ses sources à l'après-guerre (1939-1945) ; la philosophie des Lumières ne fournit pratiquement aucun appui au discours laïc. Ce serait anachronique de faire croire le contraire. Le modèle politique des Lumières, opposé à l'archaïsme de la monarchie française, c'est l'Angleterre, ni laïque, ni démocratique au sens où on l'entend aujourd'hui. S'il y a bien un esprit anticlérical qui traverse les Lumières, cet esprit serait aujourd'hui logiquement dirigé contre l'Education nationale et les professeurs, dont il n'est pas difficile de voir qu'ils sont devenus les principaux directeurs de conscience en remplacement du clergé catholique. Or l'Education nationale est le bastion de la doctrine laïque.

Quant à la philosophie du XIXe siècle, si l'on prend l'exemple de penseurs éminents comme Nietzsche ou Marx, leurs propos sont les plus susceptibles de faire apparaître le discours laïc pour ce qu'il est essentiellement, à savoir une ruse judéo-chrétienne. D'abord Nietzsche dans la mesure où il prône une restauration du paganisme, c'est-à-dire d'une culture écologiste dont il est conscient qu'elle est essentiellement théocratique. Nietzsche n'est pas convaincu de la supériorité de la culture occidentale, bien au contraire. Or la laïcité contient une démonstration implicite de la supériorité de la culture occidentale.

Quant à Marx, pour sa part, il fait de la critique du droit, nécessairement religieux ou sacré, une démarche scientifique indissociable du progrès historique. Par conséquent, du point de vue marxiste, histoire et raisonnement laïc sont incompatibles, et l'autorité accordée à des fonctionnaires en matière de promulgation de la vérité scientifique ou historique, inacceptable du point de vue scientifique.

Le discours laïc est donc avant tout le discours d'une génération, appelé à disparaître de façon plus ou moins violente en raison de sa caducité et de son rejet par les plus jeunes générations. La laïcité sent la naphtaline et les "Trente glorieuses" à plein nez.

Télémax

15:18 Publié dans Fauchon la Culture ! | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : webzine, anarchiste, au trou, intégrisme, laïc, riss, interview, code civil | | |

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu