Avertir le modérateur

07/03/2015

L'anarchiste

Il n'y a rien de pire que de se faire traiter de "type de droite", sauf de se faire traiter de "type de gauche".

En disant ça, je m'expose à me faire traiter de snob ou de cynique. Par exemple, quand je disais à des connaissances d'extrême-gauche, disposées à voter Mélenchon aux présidentielles : - Je vous préviens, vous allez vous faire enc., ne venez pas pleurer ensuite... ces braves citoyens me répondaient : - Qu'est-ce que tu peux être cynique, Bardamor ! (...)


- Non, ce n'est pas du snobisme ; c'est juste que le clivage droite-gauche ne veut rien dire du tout, et croire dans des trucs qui ne veulent rien dire, c'est le principe du fanatisme. Par exemple, "conservateur" ou "réactionnaire" veut dire à peu près quelque chose ; or l'UMP n'est pas du tout un parti réac ou conservateur ; c'est le parti de l'enrichissement assumé, et l'enrichissement de la France une source de métamorphoses et de transformations bien plus importantes que la législation n'en produit. "Progressiste" veut dire aussi à peu près quelque chose ; mais la gauche est plutôt "égalitariste", visant le progrès dans un domaine où il est probablement impossible de l'atteindre. L'égalitarisme est donc une sorte de culte de l'avenir, un ersatz de la religion catholique.

Gauche, droite, parce que les gens ont besoin de repères. Il y a quasiment une détermination existentielle à se rendre aux urnes, avec plus ou moins de conviction. Or je crois, comme Marx, que l'existentialisme est un onanisme.

"Il faut bien choisir son camp", entend-on aussi parfois. En effet, faire partie d'un camp répond au besoin d'être rassuré.

Sur le plan pratique où l'anarchiste peut envisager la politique, comme l'élaboration du cadre de vie le moins affligeant possible (fondamentalement, la nature et la vie sont des choses terribles à encaisser), le système des partis et du suffrage universel paraissent nuisibles. De là la contrainte pour la gauche, par exemple, afin de se singulariser, de faire voter des lois inutiles comme celle sur le mariage bourgeois gay. Le système des partis et de leurs idéologies alternatives permet aux élites de conduire le pays là où elle désire les conduire, en orientant leur conscience suivant une méthode analogue à la méthode religieuse. L'argent exerce du reste sur certains esprits une fascination similaire à celle que la religion peut exercer. Une Américaine (Ayn Rand) fonda ainsi une religion il y a quelques décennies aux USA, dont la clef de voûte était le culte du dollar, élevé au rang de dieu.

Cependant, cette rhétorique religieuse empêche également les élites de réformer et procéder aux ajustements parfois nécessaires sur le plan pratique. C'est d'ailleurs ce système grégaire qui conduit à faire des Etats-Unis un modèle de société, de façon quasiment automatique. Les élites françaises sont donc en position de canaliser les Français (d'une manière générale, le bénéfice de la technocratie est à ce niveau), mais non de les emmener dans une direction précise.

Plus individualistes que d'autres peuples, les Français ont sans doute mieux conscience de cette perspective politique paradoxale et truquée, presque "surréaliste". L'anarchie, non pas au sens de l'hystérie révolutionnaire que certains lui prêtent, mais du scepticisme face au fanatisme moderne (apologie d'un progrès qui n'en est pas un), est donc assez répandue parmi les Français.

Bardamor

14:50 Publié dans Bardamor edito | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : webzine, anarchiste, au trou, gauche, droite | | |

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu