Avertir le modérateur

07/03/2015

L'anarchiste

Il n'y a rien de pire que de se faire traiter de "type de droite", sauf de se faire traiter de "type de gauche".

En disant ça, je m'expose à me faire traiter de snob ou de cynique. Par exemple, quand je disais à des connaissances d'extrême-gauche, disposées à voter Mélenchon aux présidentielles : - Je vous préviens, vous allez vous faire enc., ne venez pas pleurer ensuite... ces braves citoyens me répondaient : - Qu'est-ce que tu peux être cynique, Bardamor ! (...)

Lire la suite

14:50 Publié dans Bardamor edito | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : webzine, anarchiste, au trou, gauche, droite | | |

22/03/2014

Valeurs républicaines...

mon cul !fanzine,webzine,anarchiste,au trou,valeurs républicaines,bardamor

Vous avez peut-être remarqué comme moi que les valeurs de la République varient d'une personne à l'autre. Pour certains, les valeurs républicaines s'énoncent au garde-à-vous en chantant la Marseillaise (les footballeurs) ; pour d'autres, ces valeurs garantissent surtout la liberté fondamentale de consommer des produits made in France ou d'importation, pour les Républicains libre-échangistes (il y en a). La République protège les "avantages acquis", comme on dit, sans trop s'étendre sur qui ces privilèges ont été acquis, ni comment.

Et puis surtout la République, qui n'a pas toujours été très sympa avec les Juifs et les Arabes, aujourd'hui les aime beaucoup ; et ça, c'est vraiment cool.

Vous avez peut-être remarqué aussi qu'il y a les Républicains façon "Plus belle la vie" : tout est presque pour le mieux dans le meilleur des mondes dont nos ancêtres sexuellement frustrés ne rêvaient même pas ; et des Républicains plus chagrins, comme l'illustration de mon billet prouve.

On peut donc dire que les valeurs républicaines sont "à géométrie variable", comme les ailes des avions de chasse chargés de la protection des valeurs à l'échelle internationale.

Le fait que chacun voie midi à sa porte, en termes de valeurs républicaine, et donc que le changement soit au coeur du dogme, implique que les tenants contemporains de l'éthique la plus "hype", sont très probablement les vieux cons de demain.

Il est très difficile, on le comprend, dans ce cadre changeant, de "transmettre ces valeurs", comme disent ses tenants qui se prennent le plus au sérieux, aux jeunes générations. Les lois de l'évolution de l'espèce font même qu'on risque d'en faire de futurs inadaptés aux moeurs ou à l'économie de demain.

Autre bizarrerie, qui ne favorise pas la transmission (autrefois dite "catéchisme"), c'est que les "valeurs républicaines" sont les plus incompatibles avec la démocratie. Pour ainsi dire, ce sont deux modes de raisonnement qui se téléscopent. Du point de vue démocratique, le démocrate républicain est nécessairement un joueur de pipeau ou un démagogue. Du point de vue républicain, le démocrate est nécessairement un utopiste et un doux rêveur.

On constate d'ailleurs que la démocratie est un luxe qu'on peut se permettre en période de vaches grasses, de la même façon que les gosses des familles bourgeoises ont le loisir de rêver ; mais qu'en période de crise, on en revient à cette valeur républicaine essentielle, qui détermine toutes les autres, à savoir la propriété.

Bardamor

14:16 Publié dans Bardamor edito, Ecran Total | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : fanzine, webzine, anarchiste, au trou, valeurs républicaines, bardamor | | |

14/02/2014

Les Bourgeois

Recension dans le webzine BD "Zébra" d'un bouquin consacré aux "bourgeoisies webzine,anarchiste,au trou,bourgeoisie,laurent costefrançaises", (XVIe-milieu du XIXe) signé Laurent Coste. Ou comment, par le biais des pseudo-sciences sociologique ou statistique, traitant de l'humain comme du bétail, le véritable enjeu de l'histoire est éludé.

L'étude de L. Coste s'interrompt à l'orée du XXe siècle où les fruits amers de la prise du pouvoir par la caste bourgeoise "interlope" vont être récoltés : guerres d'une violence et d'une ampleur inédites, esclavage industriel et colonial, régression culturelle jusqu'à la culture de masse. Laurent Coste se focalise sur des détails, et conduit une enquête manifestement à décharge et qui ne risque pas de faire oublier les critiques lucides de Marx, Nietzsche ou Balzac, c'est-à-dire des plus grands penseurs du XIXe, qui à partir de points de vue différents, ont souligné les conséquences tragiques des révolutions bourgeoises du XVIIIe siècle.

Il va de soi que le terme de "bourgeoisie" n'est pas univoque, pas plus que la "monarchie" ou la "démocratie" ne le sont. Cependant, en faisant voler en éclats cette notion, sous prétexte de l'élucider, l'auteur cherche à noyer le poisson. La sociologie et la statistique, sciences chéries des temps modernes bourgeois relativistes, sont d'ailleurs peu propices à l'étude des élites qui les ont érigées en sciences.

Le plan religieux, le fait de la culture occidentale chrétienne est d'ailleurs négligé par l'auteur, bien qu'il occupe une place essentielle chez les grands penseurs évoqués plus haut : comment se fait-il, en effet, qu'une société bourgeoise libérale, d'une brutalité qui trouve peu d'équivalent dans l'histoire, parvienne à se fonder sur un message religieux qui prône la pauvreté et une non-violence radicale ? Le paradoxe est suffisamment saisissant pour que l'on puisse lui accorder un caractère crucial dans l'instabilité de la culture occidentale, en mutation perpétuelle, dont l'émergence et la domination des institutions bourgeoises est probablement le produit.

Bardamor

11:17 Publié dans Bardamor edito | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : webzine, anarchiste, au trou, bourgeoisie, laurent coste | | |

20/04/2013

Loi et morale

Le chroniqueur et dessinateur Charb, qui dirige "Charlie-Hebdo", ne pense pas comme moi que la gauche est le parti de la morale, apparemment.

Cette semaine dans son journal, il qualifie de "gag" le projet de moralisation de la vie politique de François Hollande. Techniquement, selon lui, elle serait impossible : il faudrait trop de flics ; ça tombe bien, la France est le pays au monde le mieux pourvu sur ce plan.

Si la gauche ne s'occupe plus de dire la morale, qui va s'en occuper ? "Charlie-Hebdo" ? Il s'en occupe déjà pour les électeurs du FN, les musulmans et les cathos réacs, mais ceux-ci ne représentent qu'une frange minoritaire, même en les cumulant pour faire un diable convaincant. Et faire la morale au MEDEF, cela revient à faire la morale aux députés et aux sénateurs, ce qui est techniquement impossible.

- Ou bien supprimer carrément la morale ? Il semble bien que Charb ait un idéal d'ordre moral ; à moins qu'il ne soit métaphysique, et dans ce cas je ne vois pas bien lequel ?

"La loi et la morale ne couchent pas forcément ensemble." ajoute cet éditorialiste, sans doute histoire de faire un bon mot. Pourtant, c'est bien le cas : la loi et la morale sont nécessairement indissociables, unies par des liens aussi étroits que ceux du mariage. Sans lois ni sanctions pour les faire respecter, pas de morale ; sans morale, la loi perdrait tout son caractère sacré. Par exemple les gosses pourraient uriner sur la statue de Marianne en la traitant de vieille salope ; ou ils pourraient superposer leurs graffitis sur les tableaux des musées ; on pourrait aussi librement soustraire ses enfants à l'Education nationale. Etc.

La loi pourrait se limiter à régler efficacement les problèmes d'ordre pratique. Certains juristes l'ont préconisé. Mais on voit qu'elle fait à la fois bien plus que ça, et bien moins. Bien plus, parce qu'elle déborde largement le cadre de l'efficacité, pour verser dans le domaine moral, voire mystique. Ainsi des "droits de l'homme", qui sont techniquement inappliqués et inapplicables -certainement beaucoup moins que la moralisation de la vie politique.

Et, d'autre part, la loi fait bien moins que régler les choses pratiques, parce qu'elle n'a pas de prise sur l'évolution économique, ce qui peut faire douter de son efficacité pratique, vu le rôle du commerce international aujourd'hui dans la vie de tous les jours, et le bordel engendré par celui-ci.

Par conséquent, non seulement la morale couche avec la loi tant qu'elle peut, mais il semble que le petit bâton désormais rikiki de la loi a disparu sous les replis de l'hénaurme morale à force de coucher avec elle. Les discours des hommes politiques sont désormais entièrement moraux, réduits à des promesses sans effets, c'est-à-dire à des slogans religieux. On peut y croire encore ou pas, c'est une question de foi.

Finalement, la manie de Charb de s'en prendre aux religions des autres traduit peut-être une confiance mal assurée dans la sienne ? Comme je le comprendrais... Que celui qui n'a jamais douté de dieu lui jette la première pierre.

Bardamor

22:49 Publié dans Bardamor edito | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : webzine, au trou, anarchiste, loi, morale, charb, charlie-hebdo | | |

17/05/2011

L'Homme qui portait à gauche

Les Français n'avaient pas tant ri des déboires de la gauche depuis la déculottée du pasteur Jospin. Le cas du dévôt excessivement libidineux est aussi un grand classique de la littérature française depuis le Tartuffe de Molière (L'occasion de rappeler que la bonne littérature, contrairement à la religion, n'est jamais du côté des intellectuels, qui ont tout intérêt à la philosophie allemande, après les sommes théologiques médiévales plus ou moins absconses.)

Si les édiles socialistes sont plus cocasses encore que leurs confrères libéraux de droite lorqu'ils dérapent et se retrouvent les quatre fers en l'air, c'est bien sûr parce qu'ils représentent l'aile (ou la cuisse) religieuse ; ils ont en charge de faire respecter la morale républicaine, qui n'est pas moins indexée sur la propriété que toutes les précédentes valeurs morales. Là encore un auteur populiste, La Fontaine, a dit toute la vérité sur cette éthique dans une fable célèbre : "Le Loup et l'Agneau". Il n'y a pas de système moral stable sans système de corruption sous-jacent plus ou moins subtil. (...)

dsk.jpg

 

Lire la suite

16:15 Publié dans Bardamor edito | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : dsk dominique strauss-kahn | | |

11/05/2011

Canoniser Ben Laden ?

Quelles sont les chances de Ben Laden de devenir un saint, sans passer forcément par une procédure analogue à celle, tatillonne, en vigueur au Vatican, mais par simple acclamation populaire ?

bladengero.jpg

De facto le terroriste argentin Che Guevara fut propulsé au rang de martyr en Amérique du Sud parce qu’il incarnait la résistance à la politique coloniale des Etats-Unis (bien qu'il soit formellement défendu aux martyrs de porter les armes dans l’évangile, même pour se défendre). (...)

 

Lire la suite

17:10 Publié dans Bardamor edito | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : osama bin laden, au trou, bardamor, ben laden, fanzine, satirique, caricature | | |

23/04/2011

Les Causeurs de Merde

Editorial du n°23 de "Au Trou !?" par Bardamor

« Un homme qui va voir une prostituée apporte son soutien à la traite des êtres humains. », selon Guy Geoffroy, rapporteur UMP de la mission parlementaire sur la prostitution.forain.jpg

Plutôt surprenant de voir un député de droite remettre à la mode l’idéal de réforme féministe de Charles Fourier (1772-1837). Celui-ci imputait à l'organisation bourgeoise de la famille les ravages de la prostitution. Mais, tandis que l'organisation bourgeoise de la famille a vécu, la prostitution demeure. Elle est sans doute l'aspect de la condition des femmes le plus scandaleux, une majorité de « travailleurs du sexe » étant des femmes. (...)

Lire la suite

09:01 Publié dans Bardamor edito | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : fanzine, anarchiste, au trou, satirique, caricature, presse, dessin, bernard henri levy, libye, journal | | |

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu