Avertir le modérateur

25/01/2015

Tous cocus ?

Dans les sociétés libérales, la volonté de ne pas être cocu ne se rencontre qu'exceptionnellement. La plupart des citoyens ne désirent pas être détrompés, redoutant probablement qu'il en résulte un affaiblissement de leur volonté.

Le déterminisme religieux des sociétés libérales excède celui des sociétés ordinaires, comme les plus grands esprits critiques du XIXe siècle l'ont démontré. L'appétit pour la drogue, le goût pour la fiction, le cinéma, dans les sociétés libérales dites "avancées", illustrent la fragilité psychologique de la jeune génération, élevée dans le culte d'elle-même, c'est-à-dire la méconnaissance de ses aspirations véritables. En un mot positivement bernée, sacrifiée sur le bûcher des vanités.

La psychanalyse, à cet égard, a joué un rôle particulièrement néfaste, précisément en raison de sa promesse de libération, offrant une perspective surréaliste abstraite, complètement truquée - en réalité une impasse. Que les fondateurs de la psychanalyse en aient eu l'intention ou non, peu importe, un système de pensée dérive de leurs travaux, similaire à la morale catholique romaine. La psychanalyse a en effet contribué à la confusion de la liberté avec la jouissance ou le bonheur, confusion extrêmement profitable et lucrative du point de vue libéral capitaliste, mais profondément antihumaniste.

A un stade où l'emprise de l'Etat sur l'individu excède celle de la famille elle-même, la psychanalyse s'avère même contre-productive en termes de jouissance, occultant la frustration qui résulte de la société de consommation, et dont les pouvoirs publics font un usage strictement comparable à celui d'une religion.

Télémax




15:23 Publié dans Fauchon la Culture ! | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : webzine, anarchiste, au trou, société, libérale, cocu, psychanalyse, critique | | |

01/05/2014

Fête des Cocus

La "Fête du travail" évoque le fameux slogan nazi surmontant les camps de travail allemands : "Arbeit macht frei". L'argument culturel nietzschéen du NSDAP cachait en effet un régime capitaliste industriel banal. Il va de soi que le régime nazi n'est qu'une technocratie parmi d'autres.

Un peu plus moderne, l'argument selon lequel "le sexe rend libre" ("Sex macht frei") colle mieux à l'étape de désindustrialisation qui suit la période d'esclavage industriel en Europe (travail et sexe sont deux activités que l'on ne peut comprendre séparément). L'idée selon lequel le sexe rend libre prévaut dans la société dite "de service" néo-nazie, à l'ère du gadget "high tech". Si le nazisme est diabolique, pourquoi ne se métamorphoserait-il pas ?

Maintenant que le chômage bat des records en France, en raison de l'organisation de l'esclavage à l'échelle mondiale par les industriels et les banquiers, cette fameuse "Fête du travail" mérite d'être rebaptisée "Fête des cocus". De leur mariage de raison avec le Capital et les valeurs républicaines, pour pouvoir financer l'achat d'une maison Bouygues dans l'arrière-pays lillois, les syndicalistes staliniens ne pouvait espérer une autre issue que ce gigantesque cocuage.

A pactiser avec le Capital, les partis ouvriers ont perdu bien plus que l'emploi et la dignité factice que procure un revenu minimum. Ils ont perdu toute crédibilité humaniste. L'élite capitaliste est un gang de barbares néo-nazis parce qu'elle ne peut pas faire autrement - elle est façonnée ainsi par la compétition économique sans merci que se livrent les nations. Les ouvriers et les employés sont, eux, les domestiques volontaires de ces élites.

Bardamor

15:14 Publié dans Fauchon la Culture ! | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : webzine, anarchiste, au trou, cocu, travail, 1er mai, nazi, arbeit macht frei, sex macht frei | | |

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu