Avertir le modérateur

26/01/2015

Désinformation en continu

La victoire d'Alexis Tsipras et de son parti Syriza aux élections législatives grecques est l'occasion pour les médias français de seriner en boucle l'antienne débile du retour aux valeurs grecques démocratiques.

Les principes politiques démocratiques de Platon sont rationnels ; s'ils comportent une part de philosophie naturelle mystique, ces principes sont fort éloignés du mysticisme démocratique moderne. En premier lieu parce que Platon juge la démocratie adaptée à une République athénienne, qui comptait environ deux cent mille âmes, et n'était pas confrontée à l'épineux problème économique de la mondialisation. Rien à voir par conséquent avec la démocratie en Amérique, constitution moderne dont Tocqueville était conscient qu'elle pouvait aussi bien s'avérer favorable au totalitarisme.

Autrement dit la démocratie de Platon est qualitative et non quantitative ; elle est construite à partir d'une réalité politique et économique ; elle n'a rien à voir avec ce rêve d'avenir porteur d'espoir pour les masses qu'est la religion démocratique moderne, artifice mathématique ultime. La Grèce antique vivait largement au présent, et non emprisonnée dans la perspective de l'avenir. C'était là d'ailleurs, affirment certains moralistes éminents, le secret de son bonheur. (...)

Lire la suite

12:47 Publié dans Fauchon la Culture ! | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : webzine, anarchiste, au trou, démocratie, athènienne, platon, théocratie | | |

28/11/2014

Caricature Restos du Coeur

webzine,anarchiste,au trou,fanzine,satirique,caricature,coluche,restos du coeur,démocratie,dessin,presse,editorial cartoon,zombi

- Citation intégrale de Coluche : "La dictature c'est "Ferme ta gueule" et la démocratie "Cause toujours !"

- Il n'est pas précisé dans la charte des "Restos du Coeur" que les fonds collectés doivent servir à écouler les stocks d'invendus de la grande distribution, toute cette merde de bouffe industrielle produite en grande quantité, héritage de la chienlit technocratique gaulliste.

06/07/2014

Démocratie et football

Le football a le don d'anéantir l'idéologie démocratique en la rabaissant au niveau quantitatif ou statistique où se situe l'économie, en même temps que le football est un pilier essentiel de la démocratie en temps de paix. On observe que depuis la fin des trente glorieuses, le jeu s'est "durçit", comme on dit pudiquement pour parler d'un phénomène où la compétition l'emporte sur le jeu.

Quand l'équipe gagne, on félicite les joueurs ; mais quand l'équipe perd, on accuse l'entraîneur d'incompétence. De même la démocratie n'est crédible qu'en période de vaches grasses, c'est-à-dire d'avantage compétitif. Quand la mécanique se grippe, le mandat du président est fragilisé.

La France n'est pas un pays de football, et elle compte parmi ses penseurs d'envergure beaucoup plus de détracteurs de la démocratie moderne que d'avocats de cette idéologie. Le préjugé favorable à la démocratie est surtout entretenu par l'Education nationale, comme auparavant la mystique monarchique fut défendue par le clergé. En fait de "réalisme" de droite, il vaut mieux parler d'immoralité, c'est-à-dire d'un comportement qui tient mieux compte de la violence de la nature ; et en fait de morale socialiste, il vaut mieux parler de déguisement des réalités naturelles sous le prétexte de la culture, ce qui revient exactement au rôle du clergé sous l'Ancien Régime, c'est-à-dire atténuer l'injustice à l'aide d'une pommade spirituelle.

La théorie marxiste de la lutte des classes, qui vaut désormais à l'échelle mondiale en raison de son articulation avec l'analyse de la concurrence économique, n'est pas moins destructrice de l'idéologie démocratique moderne aujourd'hui qu'elle ne le fut autrefois de la monarchie ou de la République bourgeoise. C'est ce qui explique que la critique marxiste, la plus dissuasive de prendre le progrès technocratique pour un progrès véritable, a été largement censurée par l'Education nationale, au profit de l'inculcation d'une passivité et d'une discipline absurdes. Même un penseur réactionnaire un tant soit peu sérieux - mettons Nietzsche - n'attribuerait pas à l'échec actuel de l'Education nationale, flagrant d'abord dans le domaine de l'esprit critique, la cause de l'indiscipline ou du laxisme, mais bien au contraire l'excès d'une discipline absurde, c'est-à-dire dénuée de but concret. En l'absence de but précis, toute volonté, aussi solide soit-elle, finit par s'étioler. L'apprentissage pour l'apprentissage, ou l'enseignement pour l'enseignement, est le comble de la perversité humaine, bien plus encore que le libertinage des corps.

Les autorités morales de ce pays ne souffrent pas surtout d'un manque d'autorité mais d'un cruel manque de légitimité. 

Télémax

14:18 Publié dans L'Odeur du Danemark | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : webzine, anarchiste, au trou, démocratie, football | | |

04/04/2014

Cirque électoral

On peut critiquer l'utopie démocratique marxiste - et Marx y incite même -, mais ilfanzine,au trou,anarchiste,webzine,élections,démocratie n'empêche que cette utopie a un minimum de logique ; elle indique dans le déploiement des tentacules de l'Etat moderne, ainsi que dans le mécanisme économique qui anime cet Etat, une atteinte majeure à la liberté individuelle. Le marxisme n'est pas un panurgisme électoral de gauche (= PCF).

Tandis que l'idéologie démocratique-républicaine, elle, est complètement ubuesque - un mariage impossible des contraires. En effet, d'une part l'utopie démocratique contrecarre la raison républicaine ; d'autre part l'Etat de droit républicain repose sur le droit, l'élitisme et l'ordre moral - tandis que la démocratie est une volonté d'émancipation de cet élitisme.

La logique marxiste est, d'inspiration chrétienne*, une logique immorale ou amorale, tandis que le raisonnement élitiste -que l'on songe à Nietzsche, par exemple- implique nécessairement de nier le sens de l'histoire, ce que ce philosophe réactionnaire fit en affirmant qu'il n'y a là qu'un fantasme chrétien.

La contradiction majeure qui découle de cet amalgame, et s'avère pratiquement inconsciente dans l'esprit du public, a plusieurs conséquences graves. Elle laisse le champ libre à la logique capitaliste et son raisonnement, certes primaire, mais cependant moins débile que l'idéologie dite "de gauche" la plus antimarxiste (car reposant sur une catéchèse de l'histoire).

Par ailleurs la manière dont les élites politiques, mais plus encore les élites intellectuelles et médiatiques utilisent la démocratie, comme un os à ronger, est particulièrement néfaste. Elle ne fait qu'accroître l'abrutissement du public - on constate que se développe dans tous les domaines le culte de la personnalité ; elle rend aussi l'exercice gouvernemental plus difficile à mesure que la tartuferie des apôtres de la démocratie se découvre.

La démocratie a en outre de plus en plus d'adversaires en dehors de l'Occident, car elle est devenue un slogan néo-colonialiste (cf. BHL). (...)

Lire la suite

15:03 Publié dans Ecran Total | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : fanzine, au trou, anarchiste, webzine, élections, démocratie | | |

26/03/2014

Caricature Municipale 2014

Premier tour des présidentielles 2012, une fan de Mélenchon, fort sympathique par ailleurs, décide de me faire la morale : - Quoi, tu ne votes pas, quel cynisme, tu ne crois donc en rien ? J'ai envie de lui répondre que la démocratie, c'est l'opium du peuple, mais vu que les électeurs de Mélenchon ignorent farouchement Marx, je préfère un autre angle : - Comment peux-tu voter pour Mélenchon, Solange, un type qui va appeler à voter pour Hollande au second tour ? C'est un peu vache de ma part, vu que je sais que c'est une militante sincère, qui ne fait pas de différence entre Sarkozy et Hollande. De fait, elle blêmit un peu, avant de répondre que non, non, Mélenchon ne fera jamais ça, c'est un type bien ! A ce stade, ce n'est pas seulement de la politique, c'est aussi de l'amour. Gardons-nous de nous immiscer.

Dans un souci d'équité, je torture aussi de temps en temps un électeur du FN, bien qu'il n'y en a pas beaucoup à Paris, vu qu'on est au coeur du pouvoir.

On peut être complètement débile politiquement, et néanmoins très sympathique : ça va même bien ensemble.

webzine,anarchiste,au trou,satirique,caricature,municipales 2014,zlatan,ribéry,démocratie,football,dessin,presse,zombi


14/01/2014

République contre Démocratie

Les "valeurs républicaines" et les "valeurs démocratiques" dont on rebat sans cesse nos oreilles de catéchumènes, sur fond de compétition économique plus ou moins mafieuse, et toujours à des fins de maintien de l'ordre public, sont incompatibles entre elles.

Si l'apologie de la démocratie ne s'accompagne pas toujours, comme chez Karl Marx, d'une critique drastique du droit moderne (incluant la remise en cause des droits de l'homme), rares sont les historiens ou les philosophes d'un minimum d'envergure qui ignorent cette contradiction majeure. En l'occurrence, les historiens sont les mieux placés pour voir et expliquer que le processus politique qui mène à la démocratie moderne N'EST PAS UN PROCESSUS DEMOCRATIQUE, sauf à considérer l'ex-république populaire de Russie, et l'actuelle république populaire de Chine comme des régimes démocratiques.

A ce propos, signalons la loufoquerie des éditorialistes et de certains politologues ayant pignon sur rue, puisque ceux-ci, admettant généralement que la Chine n'est pas un régime démocratique, mais un régime tyrannique, avec lequel la société civile française n'hésite pas à traiter "au nom du peuple français", ces professionnels de la généralisation hâtive n'hésitent pas à déclarer que l'enrichissement de la Chine entraînera sa conversion au régime de liberté que nous sommes censés connaître, selon un mécanisme presque automatique, et qui relève de la prestidigitation, puisqu'on ne trouve aucune trace dans l'histoire occidentale d'un tel procédé d'émancipation, mais un simple plaidoyer "pro domo". (...)

Lire la suite

14:42 Publié dans L'Odeur du Danemark | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : webzine, anarchiste, au trou, république, démocratie | | |

07/09/2013

Guerre, Démocratie & Mariage

Par sondage les Français s'expriment largement contre le bombardement de la Syrie ; peut-être parce que le bombardement est plus lâche et propice aux "bavures" que l'intervention de troupes au sol ?

J'imagine que les électeurs de François Hollande sont les plus horrifiés à l'idée que leur bulletin de vote puisse servir de caution à une opération militaire hasardeuse. Ils pensent sans doute qu'il aurait mieux valu arrêter Bachar-el-Assad lors de son séjour dans un palace parisien. Et si les représentants du peuple étaient aussi compétents dans le domaine militaire qu'ils le sont dans le domaine économique ? Cela donne à réfléchir, d'autant plus qu'il y a des vies en jeu, et pas seulement des vies arabes.

Mais les sondages ne sont valables qu'en période de scrutin - alors ils prennent leur sens mystique profond. Le président Hollande nous fait comprendre qu'en dehors de célébrations démocratiques occasionnelles pour "marquer le coup", on ne peut pas tenir compte sans cesse des sondages : ce serait le bordel, au lieu de l'efficacité des élites républicaines en temps ordinaire.

La démocratie, c'est donc un peu comme le mariage : mieux vaut y réfléchir à deux fois avant de glisser son bulletin dans l'urne. Car ensuite on se retrouve lié à un type dont on ignore les mobiles secrets, capable de théoriser que la transparence n'est pas bonne en toutes choses, et que les politiciens doivent avoir leur jardin et leurs fonds secrets... pour le meilleur et pour le pire.

Pour ma part je ne tire aucune gloire de n'avoir jamais voté. Cela m'est venu d'un dégoût naturel pour les choses absurdes. Bien sûr l'existence est en général absurde, comme dit Camus, mais l'existence moderne l'est excessivement, dans une mesure que le suffrage universel traduit parfaitement. La passivité des citoyens d'une démocratie, leur fainéantise typiquement allemande, confère pratiquement au suicide le caractère d'une activité logique. Pratiquement le suffrage universel recoupe une détermination masochiste. C'est sans doute ce qui explique qu'il n'y a pratiquement aucun penseur français digne de ce nom (si l'on excepte les poètes compromis avec les pires régimes totalitaires) à faire l'éloge de la démocratie.

Bardamor

13:51 Publié dans L'Odeur du Danemark | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : webzine, au trou, anarchiste, paix, guerre, mariage, démocratie, françois hollande, syrie | | |

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu