Avertir le modérateur

07/09/2014

Politique d'abord ?

Le problème en politique, c'est que le personnel le plus honnête n'est pas forcément le plus compétent, et que le personnel le plus compétent n'est pas forcément le plus honnête.

Le problème en politique, c'est que si chaque citoyen lisait Machiavel, plus personne n'aurait foi dans la démocratie.

18:49 Publié dans Ecran Total | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : fanzine, anarchiste, au trou, satirique, politique, morale | | |

24/04/2013

Caricature Vincent Peillon

Les causes et buts essentiels de la morale ou de l'éthique publique sont la propriété et le travail.

- En ce qui concerne le travail, la République française en fournit de moins en moins depuis 1970 ; le phénomène de déportation de la main-d'oeuvre et de l'esclavage ouvriers vers le tiers-monde s'est poursuivi.

- En ce qui concerne la propriété, son caractère mobilier n'est pas sans poser de problèmes éthiques majeurs, du type : "A qui appartiennent le pétrole et les ressources minières du tiers-monde ?"

- Karl Marx a deviné il y a près d'un siècle et demi que l'argument éthique permettrait de moins en moins de dissimuler la réalité de la loi de la jungle ou du désir à l'échelle mondiale. Pratiquement, la fluidité des transactions mobilières empêche de prendre au sérieux l'idée d'une réforme morale en 2013.

webzine,anarchiste,au trou,satirique,caricature,vincent peillon,instruction publique,dessin,presse,zombi,editorial cartoon,éthique,morale,propriété,travail

20/04/2013

Loi et morale

Le chroniqueur et dessinateur Charb, qui dirige "Charlie-Hebdo", ne pense pas comme moi que la gauche est le parti de la morale, apparemment.

Cette semaine dans son journal, il qualifie de "gag" le projet de moralisation de la vie politique de François Hollande. Techniquement, selon lui, elle serait impossible : il faudrait trop de flics ; ça tombe bien, la France est le pays au monde le mieux pourvu sur ce plan.

Si la gauche ne s'occupe plus de dire la morale, qui va s'en occuper ? "Charlie-Hebdo" ? Il s'en occupe déjà pour les électeurs du FN, les musulmans et les cathos réacs, mais ceux-ci ne représentent qu'une frange minoritaire, même en les cumulant pour faire un diable convaincant. Et faire la morale au MEDEF, cela revient à faire la morale aux députés et aux sénateurs, ce qui est techniquement impossible.

- Ou bien supprimer carrément la morale ? Il semble bien que Charb ait un idéal d'ordre moral ; à moins qu'il ne soit métaphysique, et dans ce cas je ne vois pas bien lequel ?

"La loi et la morale ne couchent pas forcément ensemble." ajoute cet éditorialiste, sans doute histoire de faire un bon mot. Pourtant, c'est bien le cas : la loi et la morale sont nécessairement indissociables, unies par des liens aussi étroits que ceux du mariage. Sans lois ni sanctions pour les faire respecter, pas de morale ; sans morale, la loi perdrait tout son caractère sacré. Par exemple les gosses pourraient uriner sur la statue de Marianne en la traitant de vieille salope ; ou ils pourraient superposer leurs graffitis sur les tableaux des musées ; on pourrait aussi librement soustraire ses enfants à l'Education nationale. Etc.

La loi pourrait se limiter à régler efficacement les problèmes d'ordre pratique. Certains juristes l'ont préconisé. Mais on voit qu'elle fait à la fois bien plus que ça, et bien moins. Bien plus, parce qu'elle déborde largement le cadre de l'efficacité, pour verser dans le domaine moral, voire mystique. Ainsi des "droits de l'homme", qui sont techniquement inappliqués et inapplicables -certainement beaucoup moins que la moralisation de la vie politique.

Et, d'autre part, la loi fait bien moins que régler les choses pratiques, parce qu'elle n'a pas de prise sur l'évolution économique, ce qui peut faire douter de son efficacité pratique, vu le rôle du commerce international aujourd'hui dans la vie de tous les jours, et le bordel engendré par celui-ci.

Par conséquent, non seulement la morale couche avec la loi tant qu'elle peut, mais il semble que le petit bâton désormais rikiki de la loi a disparu sous les replis de l'hénaurme morale à force de coucher avec elle. Les discours des hommes politiques sont désormais entièrement moraux, réduits à des promesses sans effets, c'est-à-dire à des slogans religieux. On peut y croire encore ou pas, c'est une question de foi.

Finalement, la manie de Charb de s'en prendre aux religions des autres traduit peut-être une confiance mal assurée dans la sienne ? Comme je le comprendrais... Que celui qui n'a jamais douté de dieu lui jette la première pierre.

Bardamor

22:49 Publié dans Bardamor edito | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : webzine, au trou, anarchiste, loi, morale, charb, charlie-hebdo | | |

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu