Avertir le modérateur

04/05/2014

Anarchiste, Vallotton ?

Le "Grand Palais" consacrait l'hiver dernier une expo. à Félix Vallotton, artiste françaiswebzine,anarchiste,au trou,dessin,presse,félix vallotton,caricature,bois gravé d'origine suisse dont les dessins de presse pour "L'Assiette au Beurre" et diverses publications satiriques ont mieux résisté au temps que sa peinture, jugée déjà un peu bizarre et pas très sexy du vivant de l'auteur. En effet, contrairement à Courbet, Vallotton ne savait pas peindre des pétasses lubriques pour satisfaire de riches commanditaires.

Avant de répondre à la question : Vallotton était-il anarchiste ?, nous pouvons remarquer la tendance depuis deux ou trois décennies des conservateurs de musée, critiques d'art et divers plumitifs, à nier les idées anarchistes de l'artiste qui fait l'objet d'une exposition, ou à les dénigrer. Je pense en particulier à Gustave Jossot, ennemi juré des valeurs républicaines bourgeoises et sanglantes, que les soi-disant curateurs de l'exposition ont tenté de faire passer pour démodé sur ce point, comme si le militarisme de la République française s'était considérablement atténué depuis Jossot. Citons également le cas de Kees Van Dongen, traité d'"anarchiste mondain" en raison de son emploi à la fin de sa carrière par le gratin de la bourgeoisie parisienne. On peut toujours trouver à redire sur Van Dongen, son voyage en Allemagne et ses mondanités, mais il n'y a là rien de comparable à la caution fournie par des artistes ou des philosophes plus récents au régime totalitaire soviétique, auteur de plusieurs génocides : Eluard, Aragon, Sartre. Sartre, dont la statue est toujours à St-Germain-des-Prés, tandis qu'on déboulonne celle de Lénine dans l'ex-empire soviétique ! Le plus probable est que ce sont les idées anarchistes de Jossot ou Van Dongen qui sont visées par les autorités culturelles, au-delà de Jossot et Van Dongen. On pourrait poursuivre ce débat sur la censure moderne plus loin, en ajoutant un chapitre sur Marx et Nietzsche, le traitement stupéfiant qui leur est réservé par l'université française, prétendument à la pointe de la science et qui absorbe des budgets gigantesques.

Mais revenons à Vallotton. Si l'on ne peut pas parler d'un véritable anarchisme, c'est-à-dire d'une véritable critique des valeurs bourgeoises modernes, le fait est que Vallotton s'est toujours tenu à distance de ces valeurs, en marge. Vallotton peint la bourgeoisie en violet ou en pourpre, qui sont les couleurs de la pourriture. Il démasque également le caractère abstrait, mathématique, du totalitarisme moderne, c'est-à-dire derrière l'apparente unité sociale et le sourire uniforme, le relativisme le plus grand, destructeur de l'individualisme. Les bois gravés de Vallotton soulignent que la foule est devenue LA personnalité morale marquante des temps modernes. De fait, Vallotton précède de peu la culture de masse, mise en oeuvre par les élites bourgeoises afin de manipuler les foules.

Bardamor

14:46 Publié dans Fauchon la Culture ! | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : webzine, anarchiste, au trou, dessin, presse, félix vallotton, caricature, bois gravé | | |

01/05/2014

Fête des Cocus

La "Fête du travail" évoque le fameux slogan nazi surmontant les camps de travail allemands : "Arbeit macht frei". L'argument culturel nietzschéen du NSDAP cachait en effet un régime capitaliste industriel banal. Il va de soi que le régime nazi n'est qu'une technocratie parmi d'autres.

Un peu plus moderne, l'argument selon lequel "le sexe rend libre" ("Sex macht frei") colle mieux à l'étape de désindustrialisation qui suit la période d'esclavage industriel en Europe (travail et sexe sont deux activités que l'on ne peut comprendre séparément). L'idée selon lequel le sexe rend libre prévaut dans la société dite "de service" néo-nazie, à l'ère du gadget "high tech". Si le nazisme est diabolique, pourquoi ne se métamorphoserait-il pas ?

Maintenant que le chômage bat des records en France, en raison de l'organisation de l'esclavage à l'échelle mondiale par les industriels et les banquiers, cette fameuse "Fête du travail" mérite d'être rebaptisée "Fête des cocus". De leur mariage de raison avec le Capital et les valeurs républicaines, pour pouvoir financer l'achat d'une maison Bouygues dans l'arrière-pays lillois, les syndicalistes staliniens ne pouvait espérer une autre issue que ce gigantesque cocuage.

A pactiser avec le Capital, les partis ouvriers ont perdu bien plus que l'emploi et la dignité factice que procure un revenu minimum. Ils ont perdu toute crédibilité humaniste. L'élite capitaliste est un gang de barbares néo-nazis parce qu'elle ne peut pas faire autrement - elle est façonnée ainsi par la compétition économique sans merci que se livrent les nations. Les ouvriers et les employés sont, eux, les domestiques volontaires de ces élites.

Bardamor

15:14 Publié dans Fauchon la Culture ! | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : webzine, anarchiste, au trou, cocu, travail, 1er mai, nazi, arbeit macht frei, sex macht frei | | |

28/04/2014

Editorial Cartoon

Ma revue de presse des meilleurs dessins tirés de la presse internationale dans le webzine-BD Zébra.

Zombi

26/04/2014

Caricature Liberté d'expression

Participation à un concours sur le thème de la liberté d'expression :

webzine,anarchiste,au trou,satirique,caricature,dessin,presse,liberté d'expression,editorial cartoon,zombi

25/04/2014

Journalisme partout...

liberté d'expression nulle part !

Je me souviens d'un dessinateur de presse qui faisait remarquer dans une interview il y a quelques années que, vu le prix des loyers à Paris, il était illusoire de croire dans la capacité de cette corporation à s'exprimer librement. Et les loyers, à Paris, n'ont fait qu'augmenter.

- Le "devoir d'information" est une formule totalitaire pour exprimer la "vérité" ; le technocrate agit en fonction d'un certain nombre d'informations ou d'ordres.

- Si l'homme mettait le même entrain à défendre la liberté d'expression qu'il met à défendre la propriété, on pourrait toujours rêver dans la liberté d'expression... mais il ne faut pas être naïf. Cependant, s'il est vain d'espérer dans la liberté d'expression sur le plan politique, l'Etat moderne, aussi totalitaire soit-il, ne pourra jamais réduire entièrement l'homme à un animal politique et s'étanchéifier contre la liberté.

Télémax


22/04/2014

Editorial Cartoon

Ma revue de presse des meilleurs dessins tirés de la presse internationale dans le webzine-BD Zébra.

Zombi

18/04/2014

De Voltaire à BHL

Dans un discours conjoint avec le ministre de l'Intérieur, Place du Trocadéro (14 mars 2014), Bernard-Henry Lévy s'est indigné que l'on puisse attribuer à Voltaire cette citation : "Je ne partage pas vos idées, mais je me battrai jusqu'à la mort pour que vous puissez les exprimer.", et s'en servir pour défendre la liberté d'expression de l'humoriste Dieudonné.

Ce dernier a épinglé ce discours dans sa chronique sur Youtube, conscient au vu de la gueule du ministre de l'Intérieur que les représentants de l'ordre public sont aux abois. La mort de crédit est-elle le prélude à la dissolution des valeurs républicaines ? La tactique du bouc émissaire, quand elle est mise en place par l'appareil d'Etat, vise à détourner l'attention de la gabegie des représentants de l'Etat, ou de l'usure du système.

Dans cet affaire, c'est surtout le "hold-up" de Valls et BHL sur le judaïsme qui est remarquable. Vous êtes juif, vous pensez relever de dieu ou de Moïse, et puis non, tout d'un coup vous apprenez que vous dépendez du bon vouloir du premier flic de France et du grand Inquisiteur autoproclamé Bernard-Henry Lévy - ce qui signifie que la gabegie de l'Etat républicain est portée à votre débit - vous êtes solidaire d'un Etat au déficit abyssal dans tous les domaines.

Dieudonné fait observer que faire des juifs l'avant-garde de la République est insultant pour 99% des Français, mais ça l'est tout autant vis-à-vis des juifs, puisque cette promotion est accordée au mépris des convictions religieuses juives. Il y a une thèse raciale dans le propos de Manuel Valls, dont la religion juive est exempte.

Ajoutons que, derrière les opérations de blanchiment et les repentances hypocrites successives, c'est le même appareil d'Etat républicain organisateur de la traque des juifs qui s'avance aujourd'hui derrière l'argument de la sainteté de ceux qui se sont portés au secours des juifs traqués. C'est-à-dire qui ? C'est-à-dire personne. On a repeint le carrosse à neuf, mais la structure et le fonctionnement de l'Etat sont identiques. (...)

Lire la suite

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu